La loi Pinel : des logements neufs plus accessibles

L’investissement locatif immobilier est actuellement facilité par la loi Pinel, afin de pouvoir se constituer un patrimoine, tout en bénéficiant d’un revenu complémentaire. Cela entre dans le cadre des solutions à la crise de logement. Ainsi, les investisseurs peuvent profiter de certains avantages dès lors qu’ils mettent leurs maisons ou appartements en location.

La loi Pinel et ses avantages fiscaux

Les dispositions de la loi Pinel sont élaborées pour favoriser la construction des logements neufs et leur disponibilité pour les primo-accédant. Ainsi, les propriétaires peuvent actuellement bénéficier d’une réduction d’impôt de 13 %, 18 % ou 21 % du coût de l’investissement. A savoir que l’investissement maximum est limité à 300.000 €, soit 5.500 € par m². Il est également possible de profiter de ces avantages fiscaux pour deux investissements immobiliers par an. Pour cela, il est cependant nécessaire de proposer un bien neuf ou rénové, à la location pour des périodes allant de 6, 9 à 12 ans. Cependant, l’abattement fiscal est limité à 10.000 € par an. Il est également possible de bénéficier de la loi Pinel via l’acquisition d’un bien immobilier en VEFA. Néanmoins, dans ce cas-là, l’achèvement des travaux doit se faire au plus tard dans les 30 mois suivants. D’autre part, il est à noter que le décompte des avantages fiscaux se fait à la première date de mise en location, soit au plus tard 12 mois après l’acquisition du bien.

La loi Pinel et le plafond de loyers

Afin de favoriser l’accès des foyers à revenu moyen aux logements neufs, la loi Pinel établit également des plafonds de loyer, selon la zone de l’emplacement. Ainsi, pour les logements neufs ou rénovés de la zone A bis, le plafond du loyer est limité à 16,82 €/m². Pour le reste de la zone A, le loyer maximal est par contre fixé à 12,49 €/m², contre 8,74 €/m² pour la zone B2.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire